Vous souffrez d’obésité depuis longtemps ? Vous avez fait de nombreux régimes sans succès durable dans le temps ? Recourir à la chirurgie de l’obésité vous tente, mais vous ne savez pas exactement en quoi cela consiste ? 

Je suis ravie que vous décidiez de reprendre votre santé et votre vie en main. Et la chirurgie peut effectivement être une grande aide. Mais ce n’est pas une baguette magique et son impact est bien plus large qu’une simple perte de poids !

Beaucoup de personnes me demandent de quoi il s’agit vraiment, comment cela se passe, quelles sont les différences entre la sleeve et le bypass. Alors retrouvez ici toutes les informations nécessaires afin de tout savoir sur cette intervention chirurgicale. Et prenez le temps de la réflexion. Puis laissez-moi un commentaire pour me dire si oui ou non vous vous lancez dans l’aventure.

 

Préparez-vous à la chirurgie de l obesite

La chirurgie de l'obésité: définition

La chirurgie de l’obésité permet de diminuer l’apport calorique donné à votre corps chaque jour. Également appelée « chirurgie bariatrique », il s’agit de diminuer la taille de l’estomac et parfois du trajet des aliments dans l’intestin. De ce fait, cela agit sur l’apport calorique en restreignant la quantité et l’absorption des aliments. Ce type de chirurgie vous aide à combattre votre excédent de poids en limitant l’apport énergétique et en forçant votre corps à puiser dans ses réserves de masse grasse.

Qui peut recourir à la chirurgie de l'obésité ?

La Haute Autorité de Santé (HAS) a émis des critères précis pour indiquer la chirurgie de l’obésité. Le tout premier indicateur pris en considération est l’indice de masse corporelle, c’est à dire le rapport poids/taille au carré. A savoir que si cet indice dépasse 30 on parle d’obésité; quand il atteint les 35 kg/m2 on la nomme “ obésité sévère “; et s’il est supérieur ou égal à 40 kg/m2, il s’agit d’une “ obésité massive “ ou « obésité morbide ».

La chirurgie est indiquée dès lors que l’IMC est supérieur à 40,

 ou s’il dépasse 35 et est associé à une maladie liée au surpoids (comorbidité).

Parmi les pathologies liées à l’obésité, on retrouve fréquemment l’hypertension artérielle, le diabète de type 2, l’apnée du sommeil, les douleurs ostéo-articulaires… Or de nombreuses études scientifiques ont démontré que la chirurgie de l’obésité apporte une réelle amélioration et peut diminuer les symptômes de ces maladies. Ainsi, la chirurgie bariatrique vous apporte des bienfaits en terme d’amélioration de votre qualité de vie, d’estime de soi, mais aussi de santé.

Deux autres conditions sont nécessaires pour être éligible à cette intervention :

  • la chirurgie doit rester la solution de dernier recours. Cela suppose que vous devez déjà avoir essayé de perdre du poids, avec un accompagnement médical et psychologique adapté. Cet accompagnement doit avoir eu lieu sur plusieurs mois, de façon pluridisciplinaire avec suivi diététique, prise en charge psychologique et programme d’activité physique.

  • vous ne devez pas souffrir de contre-indications médicales à la chirurgie, notamment à l’anesthésie générale.

Quelle type de chirurgie de l'obésité choisir ?

Il existe deux modes principaux de chirurgie de l’obésité, qui se distinguent par la façon dont la technique utilisée interagit avec l’estomac et le système digestif: la chirurgie restrictive et la chirurgie restrictive-mal absorptive.

Les techniques  “restrictives “ pures consistent à réduire la taille de l’estomac. De cette façon elles limitent significativement la quantité de nourriture avalée et donc les calories consommées. Elles sont au nombre de 3 : l’anneau gastrique ajustable, la  sleeve-gastrectomie et la gastroplastie verticale calibrée (qui est de moins en moins utilisée). 

Les techniques mixtes « restrictives ET malabsorptives »,  non seulement diminuent la taille de l’estomac mais réduisent aussi l’assimilation des aliments par le corps. Il s’agit du bypass gastrique, du mini-bypass, et de la dérivation biliopancréatique. 

Le choix de la technique, restrictive pure ou restrictive malabsorptive se fait en concertation avec votre chirurgien

Les chirurgies restrictives pures

L'anneau gastrique

Ce procédé chirurgical permet de diminuer le volume de l’estomac et de freiner le passage des aliments. L’absorption de ces derniers n’est, elle, pas perturbée. Le chirurgien place autour de la partie supérieure de l’organe un anneau à diamètre modifiable, qui va former une séparation avec le reste de l’estomac. Cette petite poche se remplit avec un volume d’aliments plus petit qu’avant. Par conséquent la sensation de satiété apparaît plus rapidement, ce qui vous permet de manger moins sans avoir faim. 

La sleeve-gastrectomie

C’est l’intervention la plus pratiquée en France. Le chirurgien enlève les deux tiers gauches de l’estomac, ce qui lui donne la forme d’un tube. Il retire entre autres la partie qui contient les cellules qui produisent l’hormone de l’appétit. Cela vous permet d’être rassasié(e) avec une très petite quantité d’alimentation, équivalente à un pot de yaourt. Et donc de réduire significativement l’apport calorique sans ressentir la faim. Cliquez-ici pour en savoir plus sur la sleeve.

La gastroplastie verticale calibrée

Cette opération est un mix entre les deux précédentes. Un anneau gastrique réduit le volume de la poche gastrique, et le chirurgien complète la restriction par l’ablation d’une partie de l’estomac. La technique est de moins en moins utilisée, car elle ne serait pas forcément aussi efficace que les autres.

La sleeve est la chirurgie restrictive la plus fréquente.


Les chirurgies restrictives malabsorptives

Le bypass gastrique

Avec la sleeve, le bypass gastrique est la plus connue des chirurgies bariatriques. On l’appelle aussi bypass en Y. Cela permet une perte de poids significative en combinant la diminution des quantités et la malabsorption des aliments. Le chirurgien diminue le volume de l’estomac et modifie le parcours de la nourriture en réduisant l’anse intestinale.  Une poche est créée dans la partie supérieure de l’organe, et est ensuite reliée directement à l’intestin. Malgré tout, la partie de l’estomac qui ne reçoit plus les aliments continue à produire les acides nécessaires à la digestion. Puis ceux-ci sont directement réinjectés dans l’intestin pour produire leur effet sur les aliments. Cliquez-ici pour en savoir plus sur le bypass gastrique.

Le mini-bypass gastrique

Le principe opératoire du mini-bypass ou bypass en oméga  repose sur la combinaison  restriction et  malabsorption des aliments. Le volume de l’estomac est diminué et le passage des aliments dans l’intestin est raccourci. Il s’agit d’une version simplifiée du bypass, avec une seule suture au niveau de l’intestion au lieu de deux.

La dérivation bilioprancréatique

Cette chirurgie digestive n’est proposée qu’en dernier recours parce que très complexe. Elle limite la quantité de nourriture ingérée et son assimilation par l’organisme. Comme lors de la sleeve, on réduit la taille de l’intestin. Puis on divise l’intestin grêle en deux. Le chirurgien relie l’estomac à la partie de l’intestin grêle qui transporte la nourriture jusqu’au gros intestin. La deuxième partie, qui fait passer les enzymes de digestion, est reliée à l’autre extrémité de l’intestin grêle. De cette façon, les aliments n’entrent en contact avec les sucs digestifs qu’au niveau de la portion finale de l’intestin grêle et passent aussitôt dans le gros intestin. Ainsi ils n’ont pas le temps d’être assimilés par l’organisme ce qui renforce la malabsorption. 

 

Le bypass est la chirurgie restrictive malabsorptive la plus fréquente.

Le second geste chirurgical

Vous pouvez rencontrer des personnes ayant bénéficié d’une sleeve dans un premier temps, puis d’un bypass quelques années plus tard. Je vous explique ici les 3 raisons qui justifient le bypass après la sleeve.

Le suivi post-chirurgical

En premier lieu le suivi est médical afin d’écarter toute complication post-opératoire. Même si les risques sont faibles, votre hospitalisation est d’une ou deux nuits pour assurer une surveillance. Puis la consultation avec le chirurgien digestif a généralement lieu au bout d’un mois.

Dans un second temps il est indispensable de mettre en place un suivi pluridisplinaire. Ceci afin d’accompagner la transformation du corps et prévenir tout risque de reprise de poids. D’ailleurs la Haute Autorité de Santé préconise a minima 4 rdv dans l’année post-chirurgicale. Par la suite, elle recommande  au minimum un à deux rdv par an, sur le plan nutritionnel et psychologique.
En qualité de personne opérée vous vous engagez à revenir régulièrement pour ce suivi, de façon à pérenniser votre perte de poids. Il s’agit de conserver les nouvelles habitudes alimentaires que vous aurez intégrées, à pratiquer une activité physique régulière, et à suivre un programme médical destiné à compenser d’éventuelles carences nutritionnelles.

Le suivi effectué par l’équipe médicale pluridisplinaire – comprendre chirurgien / nutritionniste / psychologue – a pour but d’accompagner votre perte de poids, de vérifier votre bonne santé et votre persévérance dans vos nouvelles habitudes de vie. Notamment la pratique régulière d’activité physique et le changement de comportement alimentaire.
L’équipe médicale vérifie également que les traitements médicamenteux sont encore adaptés à votre situation (réduction des traitements du diabète, abandon de l’appareillage d’apnée du sommeil,…). En effet la perte de poids améliore sensiblement votre état général de santé.
Un autre point essentiel est le suivi psychologique sur plusieurs années. Cela consiste à accompagner les changements engendrés par la perte de poids rapide et significative: modification de votre image, acceptation de votre nouveau corps, et prévention de certains risques post-chirurgicaux. 

Le suivi nutritionnel / psychologique / médical est la clé de la réussite sur le long terme.

Les résultats de la chirurgie bariatrique

La perte de poids

Avec la chirurgie bariatrique, à quelle perte de poids s’attendre ? Quelle que soit la technique chirurgicale employée, la perte de poids est significative. La chirurgie permet de forcer votre corps à puiser dans ses réserves de masse grasse, la réflexion psychologique et le changement de comportement alimentaire qui s’ensuit permet d’apaiser la relation à la nourriture, et l’activité physique permet de renforcer la musculature. Tout est en place pour une transformation spectaculaire et définitive. Selon votre situation – entendre par là votre IMC de départ, votre implication dans les changements de mode de vie, la réaction de votre corps – la perte de poids peut atteindre de 40 à 80% de l’excédent de poids, ce qui peut être spectaculaire. Mais attention ! Si ces résultats sont l’effet de la chirurgie la première année, il n’en tient qu’à vous de les faire perdurer les années suivantes… alors n’oubliez pas, le seul pilote à bord, c’est VOUS !

La transformation du corps

Dès la première année votre corps se transforme de façon spectaculaire. Si la chirurgie résoud le problème de l’obésité, en revanche de nombreuses personnes se trouvent face à une difficulté nouvelle: l’excédent de peau. Il est parfois nécessaire de recourir à la chirurgie réparatrice pour retirer cet excédent, en particulier au niveau du ventre, des bras et des jambes.

 

 

Une perte de poids rapide et significative grâce à la chirurgie la première année …
une transformation et une nouvelle vie grâce à votre engagement et votre implication toute votre vie !

 

Besoin d'aide pour aller plus loin ?

Ainsi recourir à la chirurgie bariatrique n’est pas la solution de facilité, contrairement à ce que de nombreuses personnes pourraient penser. Cela demande de l’engagement et de la persévérance sur le long terme. Alors soyez positif, prenez votre santé et votre vie en main, et faites le bon choix selon ce qui vous parait le mieux pour vous ! Et n’oubliez pas de m’en faire part dans les commentaires, je serai ravie de suivre votre décision.

Que votre décision soit mûrement réfléchie de longue date ou que vous hésitiez encore, l’important est de mettre toutes les chances de votre côté en vous informant de façon approfondie.
Bien comprendre tous les tenants et aboutissants de la chirurgie de l’obésité fait partie des thèmes que j’aborde avec les personnes que j’accompagne. Car il me semble essentiel que vous ayiez une vision claire et précise de ce qui vous attend, des bénéfices que vous en retirerez mais aussi des précautions à prendre. Vous pouvez trouver toutes les informations concernant le programme d’évaluation et d’accompagnement psychologique que je propose en cliquant ici.

Vous pouvez aussi dès aujourd’hui rejoindre le groupe privé Facebook que j’anime, vous y trouverez une communauté bienveillante et sans jugement, qui partage ses trucs et astuces: Réussir sa chirurgie de l’obésité

Cet article a 1 commentaire

  1. En effet! « Le seul pilote à bord c’est VOUS! »
    Bel article super compréhensible! BRAVO!

Laisser un commentaire

Fermer le menu